Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Plume francophone
  • La Plume francophone
  • : La Plume francophone présente et analyse les littératures francophones à travers des études par auteurs et par thèmes.
  • Contact

La Plume Francophone

LPF 2

La Plume Francophone a changé d'hébergeur. Désormais, pour retrouver votre blog et découvrir ses nouveaux articles, veuillez cliquer ici.

 

L'équipe du blog

Devenez fan de notre page Facebook! LPF sur Facebook.

Recherche

Archives

18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 07:27

 

Edito

«Réjean Ducharme : un monde au pied de la lettre »

Par Célia SADAI


Un livre est un monde, un monde fait, un monde avec un commencement et une fin. 
(
L’avalée des avalés
[1])

 

 

Cette quinzaine, l’équipe de La Plume Francophone a choisi de mettre en lumière la francophonie des Amériques, et s’intéresse au romancier, dramaturge et scénariste Réjean Ducharme (1941 -   ). Depuis ses premières publications, Réjean Ducharme reste secret sur les indices de sa biographie. Il n’accorde aucun entretien, et seulement deux photographies de lui circulent dans le milieu éditorial. Dès lors, il semble pertinent d’interroger la posture de Réjean Ducharme d’après sa méfiance envers l’image représentante – vecteur de lecture possible pour pénétrer dans l’œuvre ducharmienne.

 
De l’auctoricide à la rhétorique du mythe

 

En Janvier 2005, lors du colloque « L’écrivain masqué » tenu en Sorbonne, la québéciste Juline Hombourger  décrivait les masques de Réjean Ducharme comme la destruction d’un code de lecture : la signature auctoriale. Refusant de constituer l’auteur comme une figure fantasmatique ou saisissable, Réjean Ducharme anéantit la légitimité de la figure auctoriale et fait obstacle à toute approche critique qui détermine le texte par l’intention d’auteur… ou a contrario, pour citer Ch. Mauron, par ses « métaphores obsédantes »[2].

Tout se passe comme si Ducharme rejetait toute représentation de l’auteur pour, de facto, agir sur les modalités de lecture : l’auteur ne doit pas être saisi comme un signe, noyau primordial d’un système d’interprétation. Dans cette hypothèse, on lit en filigrane la proposition barthésienne sur « la mort de l’auteur »[3] ; pourtant peut-on réellement parler d’un auctoricide, pour le primat du Texte ?

Réjean Ducharme voile son identité d’auteur pour des raisons plus symboliques que formelles. Rejetant toute représentation, il brise le pacte de lecture en annulant les principes d’identification, de propriété et de sincérité. Le créateur n’est plus celui qui engendre sa créature : l’œuvre littéraire a une existence autonome et ne saurait se fixer dans les catégories de l’histoire littéraire, ou d’une « grammaire critique ».
 La question latente de la posture ducharmienne interroge en fait la relation de l’auteur et de l’œuvre littéraire avec le monde. Désormais isolée du milieu, la diégèse interdit toute interprétation historique immédiate du texte : la question est d’autant cruciale que les premières publications de Ducharme datent de 1966, en pleine Révolution tranquille[4]. Le Québec indépendantiste s’aligne alors au mouvement global des indépendances (on parle ici des indépendances africaines dans les années 1960) et s’engage dans une lutte contre les peuples dominants. Au même moment, Réjean Ducharme rédige L’avalée des avalés dans un français standard et non en Joual, et choisit de le publier dans une maison d’édition parisienne. Ainsi, la question de l’auctorialité engendre la question, primordiale dans l’écriture québécoise, de l’engagement et de la persistance des traumas d’un peuple « mineur ».

Un monde au pied de la lettre

      S
i l’auctoricide barthésien annonce la libération du Texte, néologismes et jeux verbaux saturent les textes et ont valu à Ducharme d’être qualifié par la critique comme le « Raymond Queneau québécois ». On ne saurait pourtant réduire l’esthétique verbale ducharmienne au projet expérimental de l’O.U.L.I.P.O.
 
La portée métaverbale de la langue poétique ducharmienne s’inscrit dans la même stratégie de masquage décrite supra. Comme Ducharme le regrette dans Le Nez qui voque : « On ne peut rien contre un mot ; c’est une mouche qu’on peut chasser, qui peut partir, mais qui revient toujours, ne meurt jamais. ». De même qu’il refuse de fixer l’image de l’auteur dans toute prédétermination, Ducharme cède à la ré-invention sémantique, et propose un monde décrit dans des tournures décalées… Le Nez qui voque, Les enfantômes, Dévadé ou L’avalée des avalés sont autant de titres mots-valises qui fournissent un riche réseau symbolique. L’usage du mot-valise comme figure majeure des seuils du livre agit comme la projection métaphorique de l’avalement : chez Ducharme, une réalité en avale une autre.  Ainsi, le monde est restitué sous une perception confuse, regard biaisé qui joue sur les représentations du monde romanesque, et travaille l’imaginaire au pied de la lettre.

Une question persiste pourtant : y a-t-il un phénomène de digestion après l’avalement des représentations ? Dans son article (infra), Sandrine Meslet s’intéresse au narrateur ducharmien et aux procédés d’intrusion dans son texte. La question narratoriale  fournit alors les prémisses d’une réponse. La survivance des maximes ducharmiennes, et le style aphoristique de ses romans situent Réjean Ducharme, à tout prendre, du côté d’un cynisme sage, tenté par le gai savoir nietzschéen. La négation du monde comme méthode d’être au monde part d’une nécessité d’auteur et survit comme rempart du lecteur : « Les hérésies sont une forme vivante de religion »… vu dans Les Enfantômes.  


 
« Tout ce qui isole délivre » (L’avalée des avalés)


       R
éjean Ducharme s’inscrit en porte-à-faux avec une image de l’auteur que les événements de sa biographie contextualisent dans un cadre historique. Pourtant, cette posture hors du champ textuel n’est pas l’unique stratégie de l’auteur pour poser un voile sur son écriture. Tout se passe en effet comme si l’impropriété et le refus d’appartenance au monde hors-livre contaminaient le monde du livre.

Les romans de Ducharme campent un univers où les personnages s’exilent en marge du monde. La clôture spatiale est doublée d’une temporalité transitoire : la plupart des romans du québécois convoquent le monde de l’enfant ou de l’adolescence. Ce qui intéresse l’auteur ; c’est de montrer l’épreuve de l’entrée au monde – au monde social il faut entendre – ou l’engendrement d’un autre soi dans les douleurs de l’enfantement.
Ainsi, le mouvement oscille entre l’accès au corps social, et le repli vers un monde familier décrit comme un corps homogène, où l’indistinction des rôles pousse à une familiarité incestueuse. Dans son article infra, Victoria Famin s’est intéressée à la détresse du personnage ducharmien. Elle qualifie le grand corps incestueux de « corps asservi », un corps prisonnier en somme, tendu entre deux pôles de négativité, entre résistance et quête, comme elle le décrit quand elle s’attache à la parole de Bottom, figure centrale de Dévadé. Elle désigne d’ailleurs Bottom comme l’« allégorie de la position de Réjean Ducharme, créateur de son identité mythique » et pointe là un argument crucial pour une réflexion sur l’écriture ducharmienne.

En effet, la stratégie ducharmienne de masquage, alors même qu’elle déconstruit l’image mythique de l’auteur-propriétaire de son œuvre, s’inscrit dans une rhétorique du mythe. Rappelons les fondements de la structure mythique, selon Mircea Eliade[5] : le mythe prend corps quand il y a une absence d’explication. En quelque sorte, le mythe est un rempart à l’incertitude. Réjean Ducharme, en refusant d’inscrire son œuvre dans une familiarité identifiable, l’ancre a contrario donne une incertitude qui va féconder, en retour, le mythe « Réjean Ducharme ». Le point d’orgue de cette rhétorique marronne, réside dans l’aspect à la fois ludique et existentiel du doute. Ducharme a brisé le pacte auctorial ; il nous autorise dès lors à questionner sa sincérité. Provocation ou crise existentielle ? L’article de Victoria Famin désigne cette contre-mythologie comme une allégorie. On pense alors au portugais Fernando Pessoa, celui qui a endossé le nom de « personne » (NdA. pessoa en portugais), choisissant le jeu des personnages hétéronymes pour masquer son « intranquillité ».

« Tout ce qui isole délivre » nous dit Réjean Ducharme. C’est là qu’il faut situer son œuvre, dans une marge affranchie, à mi-chemin entre le mythe et l’allégorie.



[1] Rejean DUCHARME, L’avalée des avalés, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1982.

[2]Voir Charles MAURON, Des métaphores obsédantes au mythe personnel : introduction a la psychocritique, Paris, éd. José Corti, 1963. Ch. Mauron fonde ici l’approche « psychocritique » qui, d’après la théorie freudienne de l’inconscient, tente d’évaluer dans les textes les métaphores obsédantes qui habitent l’auteur. Il s’agit de décrire l’écriture non comme un acte intentionnel, mais comme un geste inconscient qui échappe au créateur.

[3] Roland BARTHES, «La mort de l'Auteur », in Le bruissement de la langue, Paris, éd. du Seuil, 1984, pp.61-67.

[4] De 1960 à 1980, la « Révolution tranquille » est une période où se modifient les structures sociétales et institutionnelles du Canada français, dont les habitants sont agites par une conscience nationale québécoise croissante.

[5] Mircea ELIADE, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. "Idées", 1963.

Repost 0
Published by La plume francophone - dans Dossier n°23 : Réjean Ducharme
commenter cet article
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 14:10

Analyse

Pour une littérature de la faillite
Par Sandrine Meslet

 

illustra-l-hiver-de-force.jpgL’hiver de force[1] est considéré au Québec comme un roman incontournable, ceci pour plusieurs raisons que nous tenterons d’exposer brièvement. Premièrement Ducharme y dresse le portrait, et peut être est-il même question ici d’un procès, de la société des années 70 marquée par le mouvement hippie. Après avoir bouleversé le monde avec cette révolution des moeurs... Pour lire la suite de l'article sur notre nouveau blog, cliquer ici

Repost 0
Published by La plume francophone - dans Dossier n°23 : Réjean Ducharme
commenter cet article
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 14:09

Analyse

                  Dévadé de Réjean Ducharme ou la révolte discursive
                                                             par Victoria  Famin

 


undefined                Réjean Ducharme, romancier et dramaturge québécois, est une des figures emblématiques de la littérature francophone des Amériques. Presque vingt-cinq ans après la parution de son premier roman L’Avalée des avalées, et dans la continuité d’une œuvre littéraire très prolifique, il publie en 1990 Dévadé. Ce roman s’inscrit profondément dans le projet littéraire de l’auteur et intensifie les traits d’écriture qui caractérisent sa prose. Il s’agit d’un texte qui enrichit autant l’œuvre littéraire de Ducharme que son image mythique d’homme des lettres.

Depuis 1966, date de publication de son premier texte, l’auteur a su se construire et maintenir une image mystérieuse. En effet, il a toujours refusé que sa vie privée soit associée au succès de ses romans. Loin d’être un simple caprice, cette décision est accompagnée par la volonté de l’auteur de cacher toute information concernant sa personne, sans pour autant adopter un masque. Ainsi, les auteurs des diverses anthologies de la littérature québécoise se sont vus privés des données habituellement citées pour la présentation d’un écrivain. Seule une photographie très floue de Ducharme permet aux lecteurs de recréer ce personnage secret. Cette situation semble pourtant avantager la réception des textes de l’auteur, car la critique se voit contrainte de contourner toute appréciation de type biographique pour aborder directement l’étude des œuvres.

Comme la plupart des romans de Ducharme, Dévadé présente le discours d’un personnage narrateur. Bottom, surnom de P. Lafond, nous livre ses pensées et ses questionnements sur la vie et sur le monde, sur les relations humaines et sur les valeurs qui guident la société. Ainsi, la parole de Bottom s’inscrit dans la réflexion des personnages ducharmiens, toujours en situation de détresse, toujours à la recherche d’un sens qui pourrait valoriser leurs vies. Dans une attitude de révolte intérieure, le narrateur de ce roman n’hésite pas à bouleverser sa relation avec les autres personnages, tout en rejetant les codes de la société qui l’excluent constamment. Les sentiments ambigus que ce personnage éprouve tout au long du texte semblent guider la construction de son individualité et par la même occasion, sa conception du monde.

Dévadé est un roman qui s’inscrit ainsi dans l’œuvre de Ducharme. Bottom peut être perçu comme un narrateur qui développe la conception ducharmienne du personnage, toujours en construction de son identité, toujours conscient du pouvoir de la parole dans cette démarche. C’est pourquoi ce texte peut également être considéré comme une allégorie de la position de Réjean Ducharme, créateur de son identité mythique. Comme ses personnages, l’auteur construit, texte après texte, son image d’écrivain québécois du XXème siècle.

   

Le narrateur ducharmien, personnage en détresse

 

Après Bérénice, protagoniste adolescente de L’Avalée des avalées, Ducharme a développé toute une série de personnages enfants ou adolescents, qui traversent une période critique de la vie. Ces personnages qui se trouvent dans le passage de l’enfance à l’age adulte sont ainsi violemment confrontés aux règles d’une société qu’ils ne veulent pas accepter. Bottom, protagoniste de Dévadé récemment entré dans la trentaine, se définit lui-même comme un enfant-adulte, à la recherche d’un interlocuteur capable de le comprendre :

Juba (ça se prononce Jiva) est la seule enfant de mon âge qui veut jouer avec moi. Déficient social crasse, ivrogne trépignant, elle me prend comme je suis, et comme si la sale gueule que je me suis faite pour me rassembler ne chassait pas ses mauvaises pensées[1].

 

Se considérant lui-même comme encore un enfant, Bottom entretient une relation amicale et parfois amoureuse avec le personnage de Juba. Cette jeune femme aux attitudes souvent enfantines sait jouer de ses caprices pour conquérir le cœur du jeune homme. Ainsi, ce couple central du roman présente aux lecteurs ses premiers pas dans une vie adulte rude et amère, qui semble paradoxalement les avoir déjà vieillis.

La figure de la patronne complète ce personnage adolescent de Bottom, car elle représente en quelque sorte une figure maternelle pour le jeune homme. Cette femme malade devient le mentor de Bottom et elle va lui inspirer son désir de réhabilitation sociale.

Le quotidien de ces personnages semble marqué par la détresse, développée à plusieurs niveaux mais aboutissant toujours à un malaise affectif. Le topos du corps meurtri traverse tout le roman, pour signifier la souffrance primaire des personnages. Ainsi, Bottom, récemment sorti de prison pour un crime mineur, est employé par  Mme Dunoyer en tant qu’assistant personnel mais surtout en tant qu’accompagnateur. En effet, cette femme est recluse chez elle après avoir subi un accident qui l’a privé de l’utilisation de ses jambes.  Malgré la force de caractère de ce personnage féminin, les scènes du bain et du coucher, plusieurs fois décrites dans le roman, mettent en relief la dépendance physique de la femme, qui deviendra par la suite dépendance affective à l’égard de Bottom.

Le besoin quotidien de six cannettes de bières qui rythment les journées de Bottom constitue également une référence au corps asservi, qui fonctionne comme un miroir de l’esprit du personnage. En effet, le corps du jeune homme est assujetti à l’alcool et illustre le personnage qui n’arrive pas à s’épanouir. 

L’image la plus forte de cette dégradation du corps est sans doute celle de la maladie vénérienne transmise par Nicole, amante occasionnelle de Bottom à ce dernier et ensuite communiquée à la patronne.

 

Ça amuse le chat, il se jette dans mes jambes, il reçoit un coup de pied, il remet ça, je lui pile la queue, ça lui apprendra, je le prends aussi raide dans mes bras, pour que ce ne soit pas retenu contre moi au tribunal de la syphilis. Ça déforme la colonne puis ça remonte au cerveau. On se ramasse bossu puis gaga. Foutu pour foutu, je m’en fous, mon idée est faite, bien faite, la vie est trop triste pour qu’on la prenne au sérieux. Je me fais bien rigoler à la fin. Mais il y a un os, coincé en plein par où je rigole : j’ai infecté la patronne, elle va pourrir aussi, la contamination est automatique, c’est attesté par les scientifiques. Je serai parti en jetant mon venin dans la porte[2].

 

Mais la maladie contagieuse qui touche la totalité des personnages du roman semble être du domaine du social. Il s’agit plutôt du sentiment d’étrangeté qui éloigne chaque individu de la réalité quotidienne. C’est à cette instance que l’intertexte avec L’étranger de Camus est pertinemment présenté par Nicole :

 

« Tu ressembles à l’Etranger de Camus en livre de poche. »

Elle parle du crotté dessiné sur la couverture, les yeux baissés, les mains enfoncées dans les poches, à attendre que les choses le dépassent.

« On est tous des étrangers quand on y pense. On est sur la terre comme tel, mais la terre c’est chez qui ?…Tout le monde se le demande finalement. »[3]

 

Cette étrangeté se traduit chez les personnages de Dévadé par la quête douloureuse d’une place dans la société, dans un monde d’où ils ont été très tôt exclus. La recherche de l’amour fidèle, de la dignité économique, de l’autonomie est guidée par la quête d’une identité qui est encore en formation.

La quête de l’identité comme voie vers la liberté

 

Le discours de Bottom est ponctué par la volonté de se définir constamment. Cette démarche le conduit vers la conquête de son identité, condition indispensable pour la liberté :

 

Tu n’es ni libre ni un homme, parce qu’on n’est pas un homme si on n’est pas libre et pas libre si on ne jouit pas de sa liberté, si on ne s’en sert pas, pour se décider, se constituer, puis lutter pour se garder et pour grandir. Tu es resté à l’âge où la liberté c’est rien, où on se trouve libre quand on n’est responsable de rien, quand on n’a rien fait qui nous lie à rien, l’âge mental du caillou le long du chemin ; on te piétine ou on te ramasse, on te tient ou on te jette… Bottom, tu ne t’appartiens pas[4].

 

Ces paroles de la patronne semblent bien résumer le vécu de Bottom et des personnages secondaires comme Juba, Nicole ou encore Bruno. C’est ainsi que le narrateur se lance à la recherche de cette liberté, par le biais de la définition de soi. Toujours marqué par la négativité des personnages ducharmiens, Bottom se conçoit lui-même comme l’enfant répugnant que sa mère rejetait ou comme l’avorton dont la patronne aime s’occuper :

 

« Qu’est-ce que c’est que ce maniaque, ce tout-nu tout tordu, crotté édenté, résidu fermenté ? Pitié, ce détritus s’asphyxie hors de sa cloaque !… »

Il a l’œil. Aussitôt qu’il m’a vu il a vu que je suis son malheur, tel qu’elle (la patronne) l’a formé et qu’elle y tient, son tourment exprimé, réalisé, enfanté pour être dompté, mis en laisse et en montre[5].

 

Malgré la négativité qui domine le discours de Bottom et qui semble déterminer l’image qu’il présente de lui-même, sa fébrilité verbale semble permettre une évolution. Comme la plupart des protagonistes des romans de Ducharme, Bottom est un personnage de parole. Son usage révolté du langage lui permet de proposer une vision effrontée de la société et des relations humaines. Son maniement désinvolte de la langue au moment de retracer la dégradation de son monde semble lui offrir une lucidité qui le conduit à la liberté. Bien que la réhabilitation du personnage ne soit qu’insinuée vers la fin du roman, le lecteur est invité à voir dans ce discours de la dégradation une descente aux enfers nécessaire, car libératrice. Bottom, évadé de la société dévale la pente de son monde pour émerger plein de force vers la fin de Dévadé. Ainsi, Réjean Ducharme rejoint Bottom dans cette volonté de se construire une identité par le seul moyen de la subversion sans conditions du langage.

 

[1]              DUCHARME, Réjean. Dévadé, Paris, Gallimard, 1990, p. 12.

[2]              Ibidem, p. 185-186.

[3]              Ibidem, p. 45-46.

[4]              Ibidem, p. 92-93.

[5]              Ibidem, p. 97.

Repost 0
Published by La plume francophone - dans Dossier n°23 : Réjean Ducharme
commenter cet article

Rubriques