Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Plume francophone
  • La Plume francophone
  • : La Plume francophone présente et analyse les littératures francophones à travers des études par auteurs et par thèmes.
  • Contact

La Plume Francophone

LPF 2

La Plume Francophone a changé d'hébergeur. Désormais, pour retrouver votre blog et découvrir ses nouveaux articles, veuillez cliquer ici.

 

L'équipe du blog

Devenez fan de notre page Facebook! LPF sur Facebook.

Recherche

Archives

/ / /

 

CARNETS

Par Saint-John Kauss

 

                                                                                au poète Jean André Constant

 

                                                               « La confiance en soi est la pierre fondamentale
 de la vie. Dès que tu perds cette confiance, la vie n’est

                                                                                                    plus que ruine. »

                                                                                                                               (Tolstoï)

 

 







nous avons erré sans le savoir aux portes immaculées de nos vingt ans jusqu’à l’orée des souvenirs amers de nos amours beautés rebelles fuyant la sincérité des draps des mini-chambres aphones après l’amour

 
 


                                                                   



 


nous avons jeté l’éponge sans pour autant jeté la soif la liberté de nos cœurs maltraités au quotidien

 
 


                                                                   



 


que nous reste-t-il de ces années de lecture dans l’intime solitude               sollicitude fragmentaire de tant d’amours végétales embâclées pour une infirme offrande de tendresse

 
 


                                                                   



 


le poème que nous créons porte l’engourdissement de nos heures de détresse       scission des marges et les tracés de morphèmes aux effarements de nos gestes muets comme les vents d’octobre

 

 
 


                                                                   



 


intime l’œil du poète qui fit l’éloge de sa femme jusqu’aux regards jusqu’aux douceurs de bienvenue

 

 
 


                                                                   



 


et pourtant dans le jeu des éparpillements

le tissement des phrases de fertilité

dans l’angoisse installée en dessous des vertèbres

le dessein de se souvenir de chaque présage

 

 
 


                                                                   



 


 

j’ai demandé aux mémoires coutumières de dessiner la démarche de l’homme aux semelles innommées              résidence de tous sanglots partagés          de l’homme au passeport de carton périmé

 
 


                                                                   



 


aucun souci des aquarelles mais l’éloignement des corps et cœurs sans gratitude aux descentes des nuits que sollicite le poète soliloque                    Ô Gabion des infidèles

          Ô Carénage parmi les pins et les palmiers tigés sous les banderoles


 
 


                                                                   



 


le poète qui entend la voix d’un autre poète

              qui poursuit la symétrie des mots  jusqu’aux solitudes des heures hallucinées

le poète qui marche comme ces îles décharnées jusqu’au renoncement final

jusqu’à l’enrichissement de la terre

jusqu’au dépouillement des attentes vaines

 
 


                                                                   



 


hors de vous cette déchirure aux contorsions de mes actes et la terre qui s’en va dans l’haleine des vivants

 

 
 


                                                                   



 


 

la terre de notre hâte sans recul

notre terre

ô rire heureux des paradigmes

 
 


                                                                   



 


 

et nous avons erré aux bruissements des racines d’eau jusqu’aux lisières de nos amours rebelles brûlant la frigidité des draps et la sévérité des corps de femmes mues par la rumeur

 

 
 


                                                                   



 


 

ces îles d’où nous venons taillées dans les pierres de marée basse

avec leurs destins sabrés d’os et d’anciennes vies

nos ancêtres à bout de sueurs dans les champs de coton

qui nous reviennent parfois avec leur gratitude après tant de misère

 

 
 

                                                                   


 


 

ces terres aux larges plaies répétées de nos oublis

avec leurs saisons prolongées et leurs récoltes à bout de bras

leurs murmures et le retour de l’ascète jusqu’à l’évanouissement

 

 
 


                                                                   



 


la mer à nouveau qui repeint les plages trempées de nos amours

 

 


 

74, Sunny Ridge Lane

 Andes, NY (Delaware County)

13731-2848, USA

 

Catskill Mountain (NY), septembre 2007


© Saint-John Kauss et La Plume Francophone.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Rubriques