Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Plume francophone
  • La Plume francophone
  • : La Plume francophone présente et analyse les littératures francophones à travers des études par auteurs et par thèmes.
  • Contact

La Plume Francophone

LPF 2

La Plume Francophone a changé d'hébergeur. Désormais, pour retrouver votre blog et découvrir ses nouveaux articles, veuillez cliquer ici.

 

L'équipe du blog

Devenez fan de notre page Facebook! LPF sur Facebook.

Recherche

Archives

27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 14:17

Chronique


Iman Bassalah, Profs Academy

« Le prof est un schizophrène de profession, je crois… 1»

Par Virginie Brinker

 


 

 


Lorsque l’on commence à lire l’ouvrage d’Iman Bassalah, on est d’abord saisi par une plume vive, enjouée, impertinente et drôle : Iman Bassalah est une prof de son temps, portant un regard à la fois lucide et tendre sur son métier, un métier qui a indéniablement bien changé.


Au-delà de la structure un peu prétexte de l’ouvrage (les récits enchâssés de huit jeunes trentenaires pendant leur année de stage avant leur titularisation, comparés aux académiciens de la célèbre émission de télé), on se laisse séduire par des formules espiègles et lapidaires, touchant aussi bien au jargon Educ Nat « on signe un procès-verbal d’installation. Car ça y est, on habite chez l’Etat2 », qu’au pastiche banlieusard au sens positif du terme « Wesh-Wesh land » (p. 35). De ce point de vue la retranscription du dialogue de deux jeunes qui attendent devant le ciné pour Miami Vice est simplement savoureuse3.


« Les profs et les élèves (jeunes en situation de classe) »


Ce goût de la formule, quasi-médiatique ou publicitaire parfois, innerve le roman : « Mes élèves sont des probos, des « prolos-bohèmes ». Ils veulent travailler leur côté « bohèmes » en gardant leur côté « prolo » revendiqué dans le quartier4 ». Le titre du chapitre « Dark Tchador à l’école des fans ou le communautarisme des enfants » (p. 118) en est aussi un bel exemple.

Il s’agit sans doute à travers l’importance de la télévision dans le livre de signifier de façon enfin décomplexée que la culture est partout, de Montaigne à NTM, des penseurs grecs à la Star Ac’ ; mais aussi de questionner la notion de « représentation », d’ « image ». Quelle image, à grands coups de raccourcis, se fait-on des profs ? des jeunes dits « de banlieue » ? des jeunes dits « issus de l’immigration » ? Pourtant, on peut regretter que la verve de l’auteur se mette parfois au service de la caricature facile, comme dans la description de la formation IUFM reçue par les stagiaires (p. 31 et suivantes), car elle est tellement plus efficace lorsqu’il s’agit de bousculer les stéréotypes, comme dans la saynète où des collégiens de banlieue supplient leurs profs d’apprendre à chanter la Marseillaise « car ils en avaient assez de se faire narguer par les petits frères qui la chantaient du soir au matin, l’ayant apprise en entier à l’école, alors qu’eux ne connaissaient que le premier couplet5 »…, même si dans ce dernier exemple l’ironie à l’encontre du gouvernement n’est pas loin. Autre exemple édifiant : le commentaire de copies d’élèves6 sur le sujet « Qu’est-ce qu’être français ? » : au fil de réponses disparates, incongrues, profondes, désespérantes, émouvantes, l’auteur croque le portrait d’une jeunesse multiple et inattendue, dans laquelle chaque collègue d’établissements dits « sensibles » reconnaîtra ses multiples élèves.

 

En effet, derrière le trait grossi pour nous faire rire de certains clichés, c’est une profonde connaissance du milieu, un certain talent d’observation7 et une formidable tendresse à l’égard des élèves mais aussi du Service Public d’Education, qui finit par l’emporter et sait toucher le lecteur.


A l’heure où les politiques éducatives destructrices martèlent et prétextent la « réforme », Iman Bassalah peint une réalité scolaire en mouvement, loin, très loin du cliché médiatique d’une profession plan-plan, sclérosée, arcboutée sur des positions archaïques. Il était temps !


1 Iman Bassalah, Profs Academy, Editions de la Martinière, 2007, p. 57.

2 Ibidem, p. 48.

3 Ibidem, p. 187-188, dans le chapitre intitulé « Que fait Ulysse en 2006 ».

4 Ibidem, p. 55-56.

5 Ibidem, p. 126.

6 Ibidem, p. 166-169.

7 Les novices y trouveront aussi leur compte grâce aux notes de bas de page explicitant sigles et circulaires ministérielles.

Partager cet article

Repost 0
Published by La plume francophone - dans Coups de cœur
commenter cet article

commentaires

Rubriques