Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Plume francophone
  • La Plume francophone
  • : La Plume francophone présente et analyse les littératures francophones à travers des études par auteurs et par thèmes.
  • Contact

La Plume Francophone

LPF 2

La Plume Francophone a changé d'hébergeur. Désormais, pour retrouver votre blog et découvrir ses nouveaux articles, veuillez cliquer ici.

 

L'équipe du blog

Devenez fan de notre page Facebook! LPF sur Facebook.

Recherche

Archives

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 12:05
Tout public

 

Guerre d’Algérie, tourner la page


Par Ali Chibani

 

 

 



« Quand il pleuvait, la terre [à Aït Ouertilane en Kabylie] devenait collante, agressive. L’argile adhérait aux semelles de nos chaussures. Et nos “godasses” triplaient de poids. » Pour les anciens soldats
français, la guerre d’Algérie est comme cette terre argileuse : elle pèse sur leurs mémoires et les obsède toujours.

Dans La Jeunesse d’Albert, « De la Bretagne à l’Algérie »1, Marcel Gozzi, indigné par les nostalgiques de l’Algérie française, recueille le témoignage de son ami Albert Naour. Ce dernier évoque pour la première fois de sa vie toute son histoire de soldat français en Algérie. Incompris par les siens après son retour en Bretagne en 1957, il a opté pour le silence et les nuits de veilles, harcelé par ses mauvais souvenirs.


Malgré nous.
Albert Naour a quitté son village natal, Kerenguen en Bretagne, à l’âge de 20 ans pour effectuer son service militaire en Métropole. Il est finalement affecté à Saumur d’où il sera envoyé en Algérie, précisément dans les Aurès et en Kabylie, les foyers les plus ardents de la guerre. Il est choisi à la dernière minute pour remplacer un appelé devenu père : « Bombardé pompeusement chef de famille, il était exempté d’Algérie » (p. 95). Le malheureux Albert Naour est affecté au 4ème dragons dans un pays où la tête de tous les soldats est mise à prix par les hommes de l’ALN.

Dès son départ sur le Ville d’Alger, le jeune officier sait que la patrie le soumet à un service injuste. Son histoire bretonne le rend plus lucide pour comprendre le peuple algérien :


Des hommes politiques avaient proclamé la main sur le cœur : « L’Algérie, c’est la France. » Mais nous, les Bretons, nous savions que ce n’était pas vrai. La « colonie » était une terre d’occupation et d’exploitation des indigènes. (…) Nous les appelés du contingent, bientôt chargés du « maintien de l’ordre » (quel ordre ?), jetés contre notre gré sur cette terre hostile, pour les besoins de la « pacification », nous y allions le cœur gros, résignés et contraints. (p. 98)


Arrivés en Algérie comme « des moutons à l’abattoir », les soldats français, parmi lesquels Albert Naour, ignorent tout de la situation du pays. Ils découvrent « le malheur de tout un peuple asservi, son dénuement et sa misère. Et pire encore : le mépris et la haine dont il était l’objet. Et c’était réciproque » (p. 102).

La suite du parcours sera celle de tous les soldats français à la seule différence que certains parmi eux agissaient volontiers, avec plaisir, quand d’autres agissaient malgré eux et dans la souffrance. Le destin d’un appelé français en opération en Algérie est d’obéir aux ordres : tirer sur tout ce qui bouge, brûler, bombarder, exterminer et raser des villages entiers… Certains soldats, qui dégoûtaient Albert Naour par leur folie, agrémentaient leurs quotidiens d’autres plaisirs comme le vol ou le viol.

Néanmoins, la réciprocité de la terreur était de rigueur. Aucun des deux camps ne s’encombrait de prisonniers. Ces derniers étaient forcément exécutés dans d’atroces souffrances. « À leur sauvagerie primitive nous opposions une autre sauvagerie peut-être plus expéditive, mais non moins cruelle. C’était la “pacification”… » (p. 114), rappelle le témoin avec amertume.


Un langage de façade.
Albert Naour est marqué par la terminologie coloniale édulcorée pour désigner la guerre. L’ancien de l’AFN n’est pas dupe d’autant plus qu’il compare la guerre d’Algérie à la seconde guerre mondiale dont il se souvient :


Nous luttions contre des combattants appelés à tort “rebelles”. C’était une lutte sans merci. Mais en notre âme et conscience, nous savions que leur cause était juste. Enfants, nous avions connu la guerre et la Résistance. Des membres de notre famille avaient été aussi des “rebelles”. Les Allemands les appelaient “Terrorist”. Nos parents les hébergeaient et les assistaient dans leur juste combat, comme les villageois d’ici soutenaient, à leurs risques et périls, les combattants du FLN. (p. 115)


Le soldat Albert Naour développe une forme de résistance contre l’idéologie colonialiste. Cette résistance se manifeste dans son refus d’user des mêmes termes que ses supérieurs : « Il était de bon ton, chez les gradés, de désigner l’adversaire par le nom de « fellagha », ce qui veut dire terroriste, dans la langue du pays. Eh bien moi, j’ai banni ce mot de mon vocabulaire. (…) J’ai toujours considéré que nos adversaires combattaient pour gagner leur liberté et défendre leur pays » (p. 106). En effet, les chefs militaires français rivalisaient d’ingéniosité pour enrober le crime de belles références : « … on nous désigne pour participer à une opération. Elle s’appelle “Espérance”. Beau nom ! Mais quelle galère ! Je l’appellerais plus volontiers : désespérance. » (p. 110) Et quand à la fin de l’opération on établit le bilan de « … “55 rebelles (…) mis hors de combat”. Il faut traduire : exécutés sans procès ni jugement » (p. 113).


Les retours
. En plus des faussaires qu’étaient certains hauts gradés et les politiciens, Albert Naour est déçu par les siens. Il se souvient particulièrement de son retour en Bretagne. Ni sa famille, ni ses amis n’étaient prêts à savoir la réalité de la guerre d’Algérie. « Leur monde était à cent lieues du mien, commente M. Naour. Ils ne m’ont pas compris ni aidé moralement. Alors, je me suis tu » (p. 136). Après sa libération en 1957, Albert Naour se souvient qu’aucune aide psychologique ne leur est fournie par « la patrie ». En France, il se sent abandonné et incompris.

Quarante-huit ans plus tard, Albert Naour pense à ce camarade qui s’est enfermé après son retour d’Algérie avant de se donner la mort. Il pense à cet autre camarade interner dans un hôpital psychiatrique à cause des séquelles d’une guerre inutile. Il se demande aussi combien d’anciens soldats se sont donné la mort ou sont internés. Quant à lui, il voudrait repartir en Kabylie pour observer un long moment de silence et honorer « tous les morts, sans distinction » (p. 246). En attendant, il continue de s’interroger sur son passé : « POURQUOI ? »

A cette question, le lecteur cherchera la réponse dans La Jeunesse d’Albert, livre terrifiant par les événements rapportés et émouvants par le ton de l’ancien soldat qui refusait de tirer sur ses « ennemis » au péril de sa vie. Un bon exemple de courage !

1 Marcel Gozzi, La Jeunesse d’Albert, « De la Bretagne à l’Algérie », Le Faouet, Liv’editions, 2007, 224 pages, 23 euros.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La plume francophone - dans Coups de cœur
commenter cet article

commentaires

bahmed 25/09/2010 18:39



je suis de guenzet que vous avez siter dans votre livre comme ceci (Gozet) je suis pas loin des villages beni ourtilane .elmain talmat buhamza  j ai contacte les auteurs de notre region qui
ont participe aux plusieurs combats cites j ai eu la reponse sur le ressort des (8) huits soldats captures a Talmaten par les militante du fln ainssi que les vivants du combat de Oled
djahnit.En 1962 j avais12     ans.mr Albert restant en contacte pour repondre a vos questions .sachans que je suis fils d un militant FLN tombe au champ d
honneur.        



alditas 31/08/2010 15:11


Bonjour ! Je reviens à la charge sur le livre de Monsieur Albert ancien soldat affécté au poste militaire d'El-Maïn installé le 07 Avril 1957 après de violents combats pendant la guérre, pour lui
demander de bien vouloir enrichir son livre par d'anciennes photos sur les scènes de vies d'autrefois dans ce village telles que l'école, les cafés maures comme celui de feu AMAROUCHE Mohamed
Chérif moussebel supplétif de l'O.C.F.L.N/A.L.N tombé à la petite rivière du village d'Ouled Sidi-Idir tout près d'Ighil Takhérat face à l'Oued Bou-Sellam affluent de la Soummam et aux villages de
Tansaout et Bou-Hamza au Nord, voisinage duquel une plaque avait été installée par le capitaine "JOJO" dit Georges Laurent dont les images manquent et qui méritent d'être publiqeées par d'autres
éventuels collectionneurs soldats du contingent de la 19 ème division d'infanterie (disssoute en 1962 à la fin du conflit), 4ème régiment de dragons, 4ème escadron SP 86692 F.M aussi bien que
celles du marché hébdomadaire, des fontaines, des nouvelles salles de classes tenues par le soldat Monsieur Zerga, les pistes, les convois, le T6 et si possible des autres villages que sont Ouled
Sidi-Idir Guélaguel, (Takrombalt, Taourmit, Boufenzar, Boumsaâda, Achabou Mézrarégue, Ouled Halla "ex Janet", Tsaâlba, situé dans le périmétre de la zone interdite etleurs populations
déplacées).....par devoir de mémoire et du simple partage culturel des souvenirs bons ou mauvais puisque c'était pendant cette regrettable et douloureuse guérre en dehors des questions pouvant
choquer ou heurter les sensibilités de qui que ce soit. C'est nécéssaire de partager de tels photos dont leurs détenteurs après tout ne sont pas désaisis des originaux par la grâce de ce
merveilleux outil internaute. Je vous remercie pour cette page. Il y a lieu de vous proposer le sit http://www.copainsdavant.com


Ahmed Salah 15/03/2009 15:41

Bonsoir ! La guerre, les souffrances, l'Algérie, la France, les nuisances, les violences, les insolences, les clémences, les ignorances, les connaissances avec toutes leurs références, El-Maïn et Albert.Javais 11 ans à ce moment là lorsque Albert déménage de Arassa - Beni-Ourtilane et moi civil l'ordre avait été donné aux réfugiés installés à Béni-Hafed, Tamokra et ailleurs de retourner à leurs villages respéctifs à reconstruire étant détruits ou endommagés à la suite des abandons ou des bombardements. C'est au tour d'une partie des villages du douar de Djaâfra et d'El-Maïn même tel que Mézrarègue et Ouled Halla (ex Janet) de s'y installer là où il le fallait. Moi je redeviens élève du monde primaire et du scolaire, rigolant ou en colère. Que vit encore le monde d'aujourd'hui à l'heure des belles voitures, les voyages en avions  et de l'internet ?

Mesbahi Karima 12/07/2008 04:28

Je suis chez mon ami Karim Achoubi. Il vient de me faire connaître votre blog. J'en ai fais une lecture rapide, en fait un petit survol et je découvre avec plaisir que son contenu est captivant.Je le visiterai plus souvent et je vous encourage à poursuivre votre oeuvre. Elle est utile pour tout ceux qui s'intéressent à la littérature algérienne d'expression française en particulier.Karima

Rubriques